2016 -  Par Jean Pierre LESAGE & Paola JOFRIN

POURQUOI ACHETER LOCAL

Extrait journal "Le Monde"

En France 26 m² de terres fertiles  disparaissent chaque seconde, et 82 000 hectares

  sont transformés chaque année en hypermarchés, immeubles de bureaux ou

industriels et même en décharges publiques.

Nos agriculteurs (éleveurs et maraîchers) sont en détresse : -26% d’agriculteurs

en 10 ans à cause des départs en retraite sans reprise, des changements de

carrière et des nombreux suicides (Deux par jour actuellement). La majorité de

l’effectif restant survit difficilement, avec un salaire loin de valoriser la quantité

de travail fournie au quotidien. En l’état actuel des choses, seule la

passion fait persévérer la plupart des agriculteurs. Et pourtant, l’agriculture

est stratégiquement primordiale : elle nourrit le monde ! Et d’un autre côté,

vous payez de plus en plus cher votre nourriture au supermarché du coin.

La faute à qui ? Aux intermédiaires : du fournisseur au revendeur final

en passant par les transporteurs qui pratiquent parfois des marges éhontées

en persuadant du contraire. La solution serait de se procurer autant que

possible son alimentation chez le producteur ou à défaut dans une coopérative

de producteurs : vous mangez local et de saison, la traçabilité des produits est

sans ambiguïté, il y a un consensus financier, vous établissez un lien de confiance

avec le producteur et vous savez dans quelles conditions votre produit s’est

développé avant de vous parvenir (demandez du bœuf et vous n’obtiendrez

pas de la viande de cheval), vous rompez la solitude de l’agriculteur qui sera

sans doute ravi de constater que l’on s’intéresse à son travail, vous réduisez

les emballages et vous participez à l’entretien du paysage. Bref, la vente directe est donc une issue réalisable : l’agriculteur est enfin l’actionnaire de son propre labeur, et vous, vous mangez des produits de qualité en équilibrant votre budget.

En outre, au motif économique s’ajoute le motif de sauvegarde des compétences. Valoriser l’économie française, c’est participer à la préservation de l’excellence de son savoir-faire.

Enfin, le dernier aspect est l’aspect environnemental. N’est-il pas aberrant de faire voyager des marchandises sur des milliers de kilomètres alors qu’on peut la trouver à proximité (on peut citer l’exemple flagrant des moutons de Nouvelle-Zélande) ? Consommer des produits locaux permet de réduire la pollution et les coûts liés au transport. Il faut savoir que tôt ou tard, l’augmentation des coûts de transports et du coût de la vie dans les pays en développement nuiront à leur compétitivité et pourraient aboutir à terme à des relocalisations. A tout point de vue, c’est un modèle non viable voué à l’échec.

« Mieux consommer est plus facile grâce à Internet »

Soyons clair : ce billet n’est pas une plaidoirie en faveur d’un protectionnisme exacerbé ou d’un chauvinisme exagéré. Ce n’est pas l’orientation que j’ai voulu lui donner. Cependant, je pense qu’à un moment donné, il est difficile de s’apitoyer sur son sort en restant les bras croisés. Chacun a sa part de responsabilité. Je n’appelle pas à surconsommer comme un américain, et encore moins à vivre dans un pays autarcique (un échec à coup sûr), mais bien à faire preuve de bon sens et à rechercher une stabilité. Sur tous les fronts, il faut envisager les choses avec une vision long-termiste. Tout le monde ne pourra que mieux s’en porter.

 

Bien évidemment, il faut poursuivre les échanges internationaux en important les produits que l’on est incapable de produire nous-mêmes tels que le cacao, le café, le pétrole, l’uranium et autres technologies diverses et variés. Pour le reste, il est tout à fait possible de se contenter de notre propre production. Si les étals ne nous laissent que peu de choix quant à la provenance des articles, la tâche est beaucoup moins ardue depuis qu’Internet s’est démocratisé. On trouve de tout, à coté de chez nous. A des prix très intéressants. Et à défaut, vous pouvez toujours vous intéresser et vous essayer au jardinage.

Vous êtes le changement!!!!.

.